Le diagnostic de la démodécie se fait par un prélèvement d’échantillons de raclages cutanés, vu que les parasites de demodex canis ne peuvent pas être identifiés à l’œil nu. A travers un microscope, le vétérinaire peut ensuite investiguer ces petits parasites en forme de cigare.

Déficience du système immunitaire

Le parasite du demodex canis fait partie de la flore naturelle du chien. Cependant, chez un chien en bonne santé (sans démodécie), il est difficile, voire impossible, de trouver de tels parasites par un simple échantillon de raclage cutané. Cela est dû au fait que les demodex canis provoquent uniquement des problèmes chez les chiens avec une certaine déficience du système immunitaire qui permet aux parasites de se reproduire. Cette déficience, provoquant la démodécie, est héréditaire et plus fréquente chez certaines races que d’autres.

Un chien démodécique perd ses poils autour de la région touchée par la maladie, ce qui cause les taches caractéristiques de la démodécie. Les parasites provoquent une inflammation dans et autour des follicules pileux, ce qui peut également amener à d’autres problèmes tels que des infections bactériennes et démangeaisons.

Différentes formes de démodécie

La démodécie existe en plusieurs formes et est souvent catégorisée par rapport à l’âge du chien (démodécie juvénile ou adulte) et l’étendue de la maladie (démodécie localisée ou généralisée). Un chien qui souffre de problèmes démodéciques majeurs pendant ses jeunes années sera par exemple diagnostiqué avec une démodécie juvénile (à cause de son âge) et généralisée (à cause de l’étendue des parasites). Nous décrivons ici ces concepts différents.

Démodécie juvénile

La démodécie juvénile apparaît avant l’âge d’un an et demi. La plupart du temps, les premiers symptômes se montrent entre l’âge de six et neuf mois.

Démodécie adulte

La démodécie adulte affecte les chiens plus âgés, souvent ayant au moins quatre ans d’âge. La cause de la démodécie vient alors souvent d’une autre maladie ou médication. Si un chien adulte est affecté, il est donc non seulement important de traiter la démodécie, mais aussi de rechercher la cause sous-jacente à la maladie.

Démodécie généralisée

La forme généralisée de démodécie est plus difficile à traiter et nécessite souvent un traitement plus long. Une démodécie est considérée comme généralisée si le chien a plus de cinq régions de pertes de poils circonscrites. Dans le cas généralisé, le chien souffre non seulement de pertes de poils, mais souvent aussi de démangeaisons, d’éruptions cutanées, d’un épaississement de la peau et de squames (pellicules). Si les pattes du chien sont affectées, la maladie est toujours considérée comme généralisée.

Les symptômes peuvent être réduits en lavant le chien avec un shampooing antibactérien.

Démodécie localisée

Si le chien a moins de cinq régions circonscrites de pertes de poils, la démodécie est considérée comme localisée. Cette classification est la forme la plus bénigne de démodécie, qui guérit souvent par elle-même et ne provoque pas de démangeaisons majeures chez le chien affecté.

Traitement

Le traitement dépend de la forme de la maladie. La plupart des chiens affectés peuvent se sentir nettement mieux par un simple bain de shampooing antibactérien. Cela réduit aussi le risque d’infections cutanées secondaires causées par la démodécie.

Il existe également des traitements sous forme de comprimés ou de pipettes capables d'éradiquer les parasites. Un tel traitement est souvent suivi de nouveaux raclages cutanés, afin de vérifier que le nombre de parasites diminue effectivement. La démodécie n’est généralement pas contagieuse entre chiens.